Jeu de cartes du blason.

Placere et docere

 

[MENESTRIER, Le père Claude-François]. Jeu de cartes du blason.

 

In-12 de (22) ff., 224 pp., (6) ff. de table et privilège, maroquin rouge, triple filet doré en encadrement sur les plats, dos à nerfs finement orné et doré, coupes et bordures décorées, tranches dorées sur marbrure (Trautz-Bauzonnet).

 

Lyon, Thomas Amaulry, 1692                                     13 500 €

 

 

Édition originale de ce livre-jeu « peu commun » selon Brunet, au temps de la guerre de la Ligue d’Augsbourg.

 

Transposant la composition d’un jeu de 52 cartes, ce divertissement pédagogique imaginé par le jésuite Menestrier (1631-1705), propose une initiation ludique à l’héraldique.

Aux quatre couleurs usuelles, sont substituées quatre puissances européennes : les Fleurdelys (France), les Roses (Italie), les Lions (Espagne) et les Aigles (Empire). Les figures sont représentées par les couples des souverains régnants « au naturel avec leurs habits de ceremonie« , avec, à la place des valets, les hérauts d´armes ou maîtres d’ordres de chevalerie. Sur toutes les autres cartes, les points sont matérialisés par autant de blasons. Des commentaires historiques et héraldiques accompagnent les planches.

« Ce doit donc être le principal fruit de ce jeu de remplir l’imagination de deux cens écussons des principales Maisons de l’Europe, […] ».

 

Les 52 planches gravées en taille-douce – auxquelles s’adjoint une vignette supplémentaire analysée par l’auteur dans sa préface – sont toutes découpées à la limite incluse du trait carré et « ordinairement collées sur des feuillets blancs » (Brunet). Un tel montage suggère que les cartes ont été imprimées côte à côte sur de larges feuillets et ensuite coupées pour être utilisées comme jeu ou éventuellement insérées dans le livre. Ceci explique, comme le souligne Brunet que les planches « manquent fort souvent, ou se trouvent réduites dans leur nombre« . Les deux exemplaires cités par le bibliographe sont d’ailleurs partiellement ou entièrement lacunaires.

L’ouvrage est dédié à Charles d’Hozier (1640-1732) généalogiste du roi.

 

Très bel exemplaire en maroquin rouge de Trautz-Bauzonnet.

De la bibliothèque Georges Gustave de Chartener (1813-1884), avec ex-libris ;  bibliophile messin, sa collection de livres, manuscrits et estampes fut dispersée en 1885.

 

Bien complet des 2 ff. d’avertissement qui « ne sont pas dans tous les exemplaires » (Brunet).

 

Brunet, Manuel de l’amateur, III, 1628.