SAINT JÉRÔME. Der heilige[n] Altväter leben Nüwgetruckt…

SAINT JÉRÔME. Der heilige[n] Altväter leben Nüwgetruckt wie sie ir Heiliges leben volbracht haben In der einöde […]. 

 

In-4 (280 x 192 mm) de CXCIIII ff. (A4, B-Q6, R8, a-o6, p8), peau de truie ivoire sur ais de bois, plats ornés d’un encadrement estampé à froid de bandeaux de frises d’acanthes et d’animaux passants, inscription gothique à froid en tête du premier plat, boulons et fermoirs métalliques modernes, dos à nerfs, tranches nues (reliure de l’époque).

 

Strasbourg, Johann Grüningen, 1507                          40 000 €

 

 

Édition strasbourgeoise de cette Vie des Pères au désert ; traduction en allemand des Vitæ Patrum, recueil de biographies de saints données par saint Jérôme.

Texte gothique sur deux colonnes de 49 lignes.

 

Les Vitæ Patrum sont constituées d’un corpus de textes disparates latins relatant l’épopée de l’origine du monachisme en Égypte et en Syrie, aux IIIe et IVe siècles. Dès le XIIIe siècle, ces textes sont traduits en langue vernaculaire  ; ils forment ensuite un des premiers ouvrages reproduits par l’imprimerie naissante, les éditions se multipliant rapidement.

Même si leurs compositions sont variables, on retrouve au cœur des Vitæ Patrum, un même noyau de textes  : Histoire des moines et Verba seniorum de Rufin d’Aquilée (v. 345-411) – proche de saint Jérôme avant de se brouiller avec lui à la fin de sa vie –, l’Histoire lausiaque – histoire du monachisme égyptien rédigée vers 418 – de Pallade de Galatie (363-430), les Verba seniorum de Pelage et d’autres auteurs. On y trouve également insérés des textes hagiographiques de saint Jérôme.

Ce recueil joue le rôle d’un chaînon essentiel dans la transmission des textes de l’Antiquité tardive vers le Haut Moyen-Âge.

La première édition scientifique en sera donnée en 1615 par le jésuite flamand Heribert Rosweyde (1569-1629), dont les recherches inspireront les Bollandistes.

 

L’illustration comprend 179 bois gravés in-texte entièrement coloriés à l’époque.

Ils mettent en scène, sur fond de paysage, les principaux épisodes de la vie des initiateurs du monachisme en orient et en occident, dont les saints Paul ermite, Antoine, Hilarion, Abraham, Apollinaire, Malchus, etc. Les solitaires sont figurés dans leurs activités quotidiennes : méditation, travaux ruraux, construction de monastère, miracles et résistance face aux assauts des démons et autres accortes tentatrices.

La plupart de ces planches (78 x 150 mm), encadrées latéralement par deux frises décoratives, juxtaposent deux blocs carrés (78 x 68 mm). Ce système, cher à Grüninger, permettait, à peu de frais, une grande variété de combinaisons.

On remarque trois gravures de format plus important en tête : celle du titre présente cinq ermites au désert dont saint Jérôme pénitent ; saint Grégoire trônant entouré de plusieurs personnages et enfin une double représentation de saint Jérôme, agenouillé devant le crucifix à gauche et écrivant la Vulgate dans son cabinet à droite.

 

Très bel exemplaire entièrement colorié, en reliure estampée de l’époque.

Gardes renouvelées anciennement.

 

Provenance :

William Morris. Animateur du mouvement Arts and Crafts, William Morris (1834-1896) puisa une grande partie de son inspiration dans les œuvres du Moyen Âge et de la Renaissance. Ce fut particulièrement exemplaire dans son activité d’éditeur et d’imprimeur avec les Kelmscott Press qu’il avait fondées.

Fairfax Murray. L’exemplaire est décrit et reproduit dans le catalogue de sa bibliothèque  (Early German Books, I, 202).